Un acteur de poids dans le retrofit hydrogène

18.12.2020 - 10.01.2021

cf_2020_color-min_1.jpg

Alors que le monde des transports se décarbonise, Swiss Hydrogen se positionne pour tirer son épingle du jeu. Alexandre Closset, son directeur, ambitionne de renforcer ses compétences à blueFACTORY. Mais avec une ombre au tableau : harmoniser la croissance de l’entreprise à la réalité du développement du quartier d’innovation.

 

Suite à son rachat par le groupe français Plastic Omnium en 2017, qu’est-ce qui a changé pour Swiss Hydrogen SA ?

Auparavant, nous dépendions de capital-risqueurs, qui rendait quasi impossible un financement à long terme. En intégrant le Groupe Plastic Omnium, nous avons non seulement stabilisé notre situation financière, mais aussi consolidé l’activité des piles à combustible. Aujourd’hui, nous bénéficions d’une meilleure écoute auprès de fournisseurs de composants stratégiques, car notre posture nous permet de réaliser de plus grands volumes.

 

Quelles sont les priorités de votre core business ?

Suivre le trend général ! Les logisticiens et entreprises de distribution sont en train de décarboniser leur flotte, car ils perdent trop de charges utiles en raison de l’excédent de poids si la batterie est la seule source d’autonomie et connaissent des problèmes de temps de recharge rapide. De plus, les poids lourds EURO 4 et 5 seront taxés, dès 2021, comme ceux de catégorie 3.

 

Pour éviter la taxe poids-lourds, les constructeurs ont effectivement intérêt à remplacer leurs flottes actuelles par des véhicules à hydrogène. Un consortium s’est d’ailleurs formé pour promouvoir et accélérer l’essor de la mobilité hydrogène en Suisse. Il a conclu un accord avec Hyundai, qui lui livrera, d’ici 2025, 1’600 poids lourds à pile à combustible. Or ce géant automobile développe sa propre technologie. Comment se positionner dans ce marché ?

Beaucoup de fabricants ne disposent pas forcément de solutions. Et c’est là que nous entrons en jeu ! Mais la réelle opportunité à court terme pour nous consiste à nous positionner comme partenaire dans le retrofit (ndlr. remplacer les moteurs des véhicules essence ou diesel par un système de propulsion électrique et hydrogène). Une conversion qui va faire des émules et qui bénéficie déjà de subventions en France voisine.

 

Quels avantages le site de blueFACTORY apportent à une entreprise telle que la vôtre, qui s’épanouit sur la scène internationale ?

A Fribourg, nous jouissons d’une position géographique centrale. Quant à blueFACTORY, il se situe à proximité de la gare, ce qui facilite les déplacements de notre équipe, qui compte aussi bien des Romands que des Alémaniques ou des Tessinois. Une bonne ambiance règne sur le site. Dès que nous avons des visiteurs, nous profitons de les présenter à nos colocataires afin d’élargir les réseaux professionnels et de favoriser les synergies. Nous regrettons toutefois que blueFACTORY se présente encore comme une friche industrielle. Nous aimerions qu’il soit davantage soutenu et valorisé par la politique afin d’accélérer son épanouissement.  

 

Comment voyez-vous l’avenir de Swiss Hydrogen sur le site de blueFACTORY ?

Cela dépend de nos actionnaires mais ils semblent intéressés à renforcer nos compétences à Fribourg. D’autant que nous avons une belle carte à jouer en promouvant la mobilité zéro carbone, qui est en totale adéquation avec le positionnement du site. Mais pour l’instant, harmoniser notre potentielle croissance à la réalité du développement de blueFACTORY n’est pas toujours simple. Même si notre collaboration avec BFF SA est excellente…